Lettre d'information

Protocole du dialogue avec Socrate
Présupposés et mode opératoire

 

1-    Présupposé

Existence d’une « philosophia perennis ».

Les idées universelles se nichent au cœur de l'homme.

Chacun a les moyens d’atteindre ces idées universelles.

 

2-    Finalité

Extirper lentement la personne de l'illusion qu'entretiennent les sentiments d'évidence et de neutralité.

Amener le sujet à évaluer librement les implications de ses propres prises de position.

Elaborer une perspective critique de l'opinion en général et celle en particulier de la sienne propre.

Eveiller chacun au monde des idées qui l'habite.

Amener l’autre à se connaître lui même, à se voir penser.

 

3-    Mode opératoire

Identifier chez le sujet, au travers de ses opinions, les présupposés non avoués à partir desquels il fonctionne. Prendre le contre-pied de ces présupposés, afin de transformer d'indiscutables postulats en simples hypothèses. Articuler les problématiques ainsi générées au travers de concepts identifiés et formulés.

 

Tout ceci à travers des formes interrogatives prenant la forme de :


• question de démarrage
• demandes de clarification
• demandes de synthèse
• reformulations
• faire choisir
• mises en évidence de contradictions
• dramatisations de la parole, du concept
• faire hiérarchiser
• mises en relations des différents propos
• faire chercher les liens entre plusieurs paroles dites
• incitations à formuler le contraire
• faire sortir de la morale en dédramatisant
• demandes d’exemples
• faire émerger l’intérêt, le bénéfice de telle attitude évoquée
• demander où est le problème
• faire formuler le plaisir ou le malaise face à une formulation

 
4-    Exemple de déroulement possible

 

Identifier

Interroger jusqu'aux évidences les plus criantes :

«Pourquoi êtes-vous là?»

Ne pas se contenter des ébauches de réponse.

Poursuivre le questionnement sans tarder, afin de révéler les présupposés non avoués.

Faire apparaître certaines idées du sujet.

L’amener à se risquer à une prise de position afin de la travailler.

Balayer la volonté de certitude, le doute, installer une distanciation.

Développer l’hypothèse exprimée.

 

Problématiser

Proposer une reformulation de ce que l’on a entendu.

Mettre en évidence le malaise suite à la reformulation.

Analyse du rejet ou malaise de cette reformulation.

Faire préciser si la reformulation a trahi le discours en changeant la nature de son contenu, ou en révélant au grand jour ce qu'il n'osait pas voir ni admettre dans ses propres paroles

Proposer éventuellement de rectifier ce que l’on a dit auparavant.

Si rien n’est reformulable, demander au sujet de répéter, de l’exprimer autrement.

Interrompre si trop long ou psychologique, faire synthétiser :

«Je ne suis pas sûr de comprendre où vous allez. Je ne saisis pas exactement le sens de vos paroles.»

«Dites-moi en une seule phrase ce qui vous semble essentiel dans votre propos. Si vous n'aviez qu'une seule phrase à me dire à ce sujet, que serait-elle?»

Faire constater la difficulté le cas échéant.

 

Lancer le processus de remontée vers les Idées

Demander au sujet de rendre compte de son hypothèse en lui prescrivant de justifier son choix :

«Pourquoi telle formulation?»

« Quel est l'intérêt d'une telle idée ?»

« Quel est le plus important des divers éléments exprimés ?»

« Quel est le mot clef de votre phrase ?»

Rejeter le relativisme du sujet, le faire choisir, vectoriser sa pensée.

Identifier les ancrages, les «refrains», les constantes, les présupposés.

 

Penser l’impensable

Une fois identifié un ancrage particulier, le moment est venu d'en prendre le contre-pied.

Faire formuler et développer l'hypothèse contraire :

« Si vous aviez une critique à formuler à l'encontre de votre hypothèse, que serait-elle ? »

« Quelle est l'objection la plus consistante que vous connaissez ou que vous pouvez imaginer à l'égard de la thèse qui vous tient à cœur ?»

« Quelles sont les limites de votre idée ?»

Faire émerger les rigidités, les formatages, les crispations.

Faire cerner la nature et les limites de l’hypothèse de départ

Faire conceptualiser les enjeux existentiels

 

Passer au «premier étage»

Faire récapituler les passages importants de la discussion

«Que s'est-il passé ici ?»

Analyser le déroulement de l'exercice.